Email Address

contact@artemisafrica.org

Phone Number

+243 97 596 7634

Our Location

DR Congo

L’Histoire d’Artemis

Gorilla

« ARTEMIS » est, dans la religion grecque antique, la déesse de de la nature sauvage, de la chasse et des accouchements ; Artemis Africa est une organisation environnementale fondée en République Démocratique du Congo en 2021 et établie également en France.

Le groupe ARTEMIS AFRICA a été créée en 2021 par un groupe d’environnementalistes et humanitaires congolais et français. Leur objectif était d’unir leurs efforts sur la scène internationale afin de maximiser l’impact de leurs actions visant à réduire la pauvreté et la déforestation autour des aires protégées congolais notamment.

En République Démocratique du Congo, Artemis Africa, association de loi N° 004/2001 du 20 Juillet 2001, met en place des activités durables et génératrices des revenus en faveur des peuples autochtones et des communautés défavorisées pour soutenir les efforts de conservation de l’environnement et réduire considérablement les effets du dérèglement climatique.

Elle soutient également les actions humanitaires d’urgence et les projets de développement durable visant à rendre le monde plus équitable et écologique, ces actions sont menées en collaboration avec des partenaires locaux et des bénévoles dans le monde entier.

Artemis Africa, ce sont des bénévoles mobilisés au quotidien, des boutiques solidaires et un réseau de plusieurs personnes engagées contre les effets du dérèglement climatique et les inégalités à l’origine de la pauvreté autour des aires protégées notamment !

La RD Congo est à lui seul un patrimoine mondial à vocations multiples, dans un contexte paradoxal.

La RDC abrite la plus vaste forêt d’Afrique et la deuxième forêt tropicale du monde.

Dans le même temps, ses 60 millions d’habitants comptent parmi les plus pauvres du monde. L’abondance de ressources naturelles en RDC n’a pas, tout au long de l’histoire, profité au peuple congolais. Au contraire, l’incurie du passé a abouti au paradoxe d’un peuple économiquement pauvre dans un pays naturellement riche. La forêt congolaise doit désormais être vue comme un patrimoine public à fonctions multiples, à gérer dans l’intérêt de la population locale et de la collectivité mondiale, c’est dans ce sens qu’est née l’association Artemis.

Parmi toute la gamme des produits et services issus des forêts, ce sont le bois de feu, la viande de brousse, et les autres produits non-ligneux qui ont actuellement la plus forte valeur économique. Maintenir l’ensemble de ces fonctions est une priorité absolue. Par ailleurs, les services environnementaux, bien qu’ils génèrent peu de bénéfices tangibles pour le moment, ont un fort potentiel d’expansion dans le futur ; c’est au travers d’une gestion communautaire et durable des ressources naturelles que l’association Artemis Africa inscrit ses programmes.

La vaste majorité de la population rurale congolaise dépend des forêts pour sa vie quotidienne. Ces gens puisent dans la forêt l’essentiel de leurs protéines, médicaments, énergie, matériaux, et revenus.

Ceci s’applique aussi à la population urbaine, dans une certaine mesure. Certains groupes, en particulier les Pygmées, dépendent des forêts de façon quasi-totale ; ces derniers sont les premiers habitants du Congo, pourtant ils demeurent l’une des communautés les plus marginalisées et les plus en marge de la société congolaise, Artemis Africa travaille étroitement avec eux afin de les intégrer activement dans la gestion communautaire des aires protégées dont ils ont été chassés.

Le bois et le charbon de bois procurent 80 pour cent de l’énergie domestique en RDC.

Les exploitants artisanaux produisent la plupart du bois vendu sur le marché local. Le gibier est probablement le principal aliment forestier, avec une consommation estimée à plus d’un million de tonnes par an. La population congolaise utilise aussi des centaines de plantes alimentaires et médicinales. L’agriculture itinérante sur brûlis dépend de la forêt pour reconstituer la fertilité des sols. L’importance sociale et culturelle des forêts pour les populations qui y habitent peut difficilement être mesurée.

Les forêts sont aussi indispensables pour l’environnement mondial.

Les forêts congolaises séquestrent le carbone et ralentissent le changement climatique dans des proportions d’envergure mondiale. Elles contribuent à réguler le régime hydrique de l’un des plus grands bassins versants du monde. La RDC se classe au cinquième rang mondial par la diversité des plantes et des animaux.

Elle contient plus de sites naturels du Patrimoine Mondial que tout le reste du continent africain. Ce trésor naturel doit être préservé. Une fois disparu, il ne pourrait être remplacé. L’impact de la guerre, de l’anarchie, des déplacements de populations et de l’effondrement institutionnel fut dévastateur. Aujourd’hui, la majorité sinon la totalité des parcs et réserves sont menacés par le braconnage, l’exploitation minière, l’exploitation du bois, et les empiètements. A l’extérieur des parcs, la plupart des sondages concluent que la pression de chasse actuelle n’est pas soutenable. Nombre de forêts pourtant éloignées sont déjà devenues des ‘forêts vides’ exsangues de leur grande faune.

Depuis sa création, et dans des conditions sécuritaires extrêmement difficiles, Artemis Africa a poursuivi ses activités, organisant des visites écotouristiques pour des touristes venant de partout dans le monde ; une aide technique, matérielle et financière est également prévue en faveur des communautés autochtones et pauvres en Afrique. Lorsque la situation des peuples autochtones et celle de la biodiversité dont ils dépendent en République Démocratique du Congo se sera nettement améliorée, notre attention se portera également sur les besoins d’autres communautés dans les pays en développement.

Aujourd’hui, nous travaillons dans deux pays, avec quelques partenaires, d’alliés et de communautés, afin de préserver cette nature sauvage et de protéger les populations dans des situations d’urgence, de les aider à restaurer leurs moyens de subsistance et de militer en faveur d’un changement réel et durable, en plaçant l’exploitation durable et vertueuse des ressources naturelles au cœur de tout ce que nous faisons. 

Nous collaborons avec les célèbres Parcs Nationaux des Virunga et de Kahuzi Biega, la Réserve Naturelle d’Itombwe, les Centres de Réhabilitation des Primates et celui de Recherche en Sciences Naturelles de Lwiro en République Démocratique du Congo, ainsi qu’avec les Parcs du Rwanda.

Nous possédons également deux bureaux à l’Est de la République Démocratique du Congo (22, Avenue Mbaki, Commune d’Ibanda, Bukavu)  et en France (27, rue des Alouettes – 75019 Paris) qui se consacrent à la mobilisation et à la sensibilisation de l’opinion publique et à la collecte de fonds pour financer notre action.

Tags :
Share This :

Categories

Upcoming Events

Opening Internet Cafe

24
Oct